• Wild wild westAprès 9 jours à Vancouver, il est grand temps pour nous de plier bagages pour explorer d'autres villes. Un dernier klaxon pour dire adieu à notre ami Peter et Bella (son chien). Et oui, vous avez bien lu, un "klaxon", on a enfin notre voiture !! Fini les avions, bus, trains et compagnie... Il s'en est fallu de peu quand même. 

    C'est à dire qu'on a pas été très préventif, on a voulu louer une voiture durant le GRAND week-end de Pâques. Du coup, quasi impossible de trouver une voiture dans toute la ville, ou alors c'était hors de prix (à partir de 000 la semaine)... C'est à dire qu'on était aussi un peu embêtant, on voulait louer une voiture pour un simple aller et la rendre dans une autre ville...

    Wild wild west

    Forcément ça coutait doublement plus cher. Après une vingtaine de coups de fil, la chance nous a souri. Enfin, une proposition intéressante : 0 la semaine !! Une offre quelque peu inquiétante... À ce prix là, il doit bien manquer une roue... au moins une !

    Et non, même pas... même mieux ! On avait devant nous une Dodge Avenger flambant neuve avec à peine 112 km au compteur ! Nous voilà sur la route, avec (encore) un superbe temps pour découvrir le côté sauvage de l'Ouest plus que surprenant...

    Des décors changeant tout au long de la route, on passe de montagnes enneigées, à des paysages verdoyants, en passant par des espaces complètement arides, voire brûlés... Sans compter, les tout petits villages où l'on croise des habitants dont le physique s'approche davantage de l'inuit que du caucasien. On longe de jolies rivières, dans lesquelles on s'imagine facilement le cow boy faisant une halte pour abreuver son cheval. On s'arrête devant des lacs aux couleurs indéfinissables... entre le bleu et le vert, entre la réalité et le rêve. Il y a aussi cette image étrange, néanmoins tipyque, des épaves de voitures et pick-up que l'on aperçoit ici et là au milieu de nulle part.

    Wild wild westWild wild west

    C'est un total plaisir des yeux, que de voir l'immensité d'un paysage aussi naturel. On est entouré de montagnes dont on a du mal à en distinguer les sommets, mais aussi à en voir les fonds. La route nous fait parfois longer les ravins sans aucune barrière, ça donne la chair de poule... Une branche qui casse, ou une voiture qui tombe dans le gouffre, c'est la même chose, tout est si petit face à cette grandeur qu'on en devient insignifiant...

    Wild wild westWild wild westWild wild west

    On a mis plus de temps que prévu pour arriver au motel, mais c'était un (bon) choix que de choisir les petites routes plutôt que l'autoroute. Sans oublier qu'à mi-chemin, le GPS nous a lâché, on s'est débrouillé comme des chefs, à l'ancienne. Nous voilà enfin dans notre lit douillet de Kamloops pour une petite nuit. Le motel était tellement typique de ces films policiers américains, qu'on a eu un peu de mal à fermer l'œil... 

    Wild wild westWild wild westWild wild west


  • Quand on voit le nombre de buildings dont les lumières ont encore du mal à s'éteindre la nuit, on se dit que ces vancouvéROIS (merci wikipédia) sont sacrément des bosseurs. Mais, on s'est vite aperçus qu'ils savent avant tout se détendre !

    Et pour ça, ils ont vraiment tout ce qu'il faut à portée de main. La montagne à quelques minutes pour les sports d'hiver, l'océan en plein centre-ville sur lequel passent régulièrement les avirons, kayaks et autres... Mais ce qui est plus surprenant encore, ce sont les grands espaces verts qu'ils ont su préserver au coeur même de la métropole, à commencer par le plus connu de tous : Stanley Park.

    C'est pour ainsi dire, l'un des plus grands parcs urbains d'Amérique du Nord (10% plus grand que Central Park à New York). C'est également un parc très naturel, dont les plus vieux arbres dateraient de plus 300 ans. On a alors profité d'une petite randonnée de 4h pour faire entièrement le tour du parc. Ça use, ça use... 

    Vancou-vertVancou-vert

    Le soleil brille dans une atmosphère paisible. Il y a de la place pour tous, les randonneurs, les coureurs, les rollers, les vélos, les enfants, les observateurs... vraiment tout le monde. Il est midi. Oh ! des hot-dogs... on l'a bien mérité. Le vendeur nous les prépare rapidos (en même temps, du pain avec une saucisse, c'est pas ce qu'il y a de plus compliqué). Petite surprise, tous les emballages utilisés ont été recyclés et sur les poubelles on peut y voir inscrire "Ne jeter aucun déchet domestique dans le parc, risque d'amende de 000. Si c'est pas dissuasif ça...

    On y trouve également les traces des Premières Nations avec la conservation des totems. Certains sont de simples répliques et d'autres de véritables sculptures. Ils sont vénérés comme des Dieux, les populations du monde entier avaient pour coutume de venir leur demander conseil. Si on regarde de plus près, chaque totem est constitué d'animaux différents, chaque animal symbolisant quelque chose de particulier (exemple : l'aigle, seigneur de l'air, symbolise pouvoir et autorité).

    Vancou-vertVancou-vertVancou-vert

    Un autre espace vert incontournable de la ville : le Queen Elizabeth Park, un lieu moins sauvage mais néanmoins aménagé avec un goût certain. Les jolies fleurs, le pont en hauteur, les grands arbres et la petite cascade, font du parc un lieu très rafraîchissant. Sans compter que le parc offre également une vue imprenable sur toute la ville de Vancouver...

    Vancou-vertVancou-vertVancou-vert

    Il est rare de ressentir une ambiance aussi paisible au coeur d'une si grande ville, qui reste pourtant très active et productive. On sent cette forte volonté qu'a la métropole de préserver ces grands espaces verts pour le bien être de sa population. Pour travailler plus, et surtout, mieux, il faut également laisser place à la détente. Ça, les vancouvérois l'ont bien compris. 

    Vancou-vert

     


  • Question à deux balles : quel est le sport national canadien ? "Hockey ??... Okay !!" 

    Bon, et un peu plus dur : quelle est l'équipe de Vancouver ? C'est pas comme si on vous donnait un coup de pouce (voir titre)...

    Nous avons bien sûr tenu à avoir un petit souvenir (le seul de la ville, en dehors des quelques tickets de Skytrain quand on ne fraudait pas et divers reçu de Burger King & cie). On a voulu faire ça bien, c'était alors évident de passer par LA boutique officielle de l'équipe. 

    Go Canucks Go !Go Canucks Go !

    Nous voilà dans les rayons à la recherche DU maillot... à vrai dire, plutôt DU t-shirt... parce que le vrai maillot officiel, le "Jersey", nous coûterait plus qu'un bras (à partir de 0). La boutique est lumineuse, assez grande, et dispose d'un étage. On y trouve d'inombrables maillots avec les noms des joueurs, très bien mis en valeur... On peut même y commander un maillot personnalisé à son nom ou autre... mais pareil, il faut y mettre le budget !

    Go Canucks Go !Go Canucks Go !Go Canucks Go !

    Bon, on s'en est sorti avec un beau maillot chacun, portant les noms des joueurs SEDIN et BURROWS... A peine sortis, que des passants nous jette un petit "HINGINS sucks" (HINGINS est naze). Cool, on n'est pas concerné. Le lendemain même, on se promenait tout pimpants dans nos t-shirts... et comme le hasard fait (parfois) bien les choses, pratiquement tout le monde était en bleu ! Effectivement, il y avait un match... 

    Go Canucks Go !

    On pense que les Canucks ont gagné... à confirmer. On est tombé sur un journal... chinois, pas de bol.


  • Au cœur de Vancouver

    A peine descendus du Skytrain qu'on ne peut s'empêcher de regarder en l'air. La ville est surplombée de très beaux buildings, certains plus originaux que d'autres. La métropole a également son "aiguille de l'espace", le Look Out (moins haut qu'à Seattle), d'où on peut observer toute la ville. Comparé à son voisin américain, Vancouver by night est moins spectaculaire au niveau des lumières, mais semble d'un coup plus apaisant et plus réel... c'est sans doute cette rencontre entre les montagnes, la vie, et l'océan qui donne ce caractère si particulier au paysage.

    Premiers constats : Les piétons ici sont archi-respectés, et comme on est archi-piétons... c'est archi-cool ! Les gens en général, sont très civilisés... on doit vraiment être les seuls à frauder le Skytrain (honte à nous !). Désolés,  on est obligé de limiter le budget transport et la vie est très chère à Vancouver. Encore plus bizarre, jamais aucun contrôleur aux alentours, comme si tout le monde se faisait confiance et comptait sur le respect de chacun... on se sent libre. Autre chose, ça sent tou-jours le barbecue, le hot dog, la cuisine chinoise, à chaque coin de rue et surtout à n'importe quelle heure ! Trop de tentations... heureusement, le porte-feuille nous rappelle à l'ordre.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Les rues sont très animées, déjà par les odeurs mais aussi par plusieurs ambiances musicales. On peut entendre le son du violon, de la cornemuse, du beatbox, ou des sons plus atypiques encore...

    Après un petit tour d'horizon du centre ville, on remarque que beaucoup de choses sont traduites en français... mais encore plus, en chinois ! Une très forte communauté chinoise, en provenance de Hong Kong surtout, ont élu domicile à Vancouver, étonnant. Comme nous l'expliquait Peter, c'est sûrement dû aux jeunes chinois qui venaient étudier au départ. Maintenant, ce sont les taïwanais, déjà très riches, qui viennent profiter de l'air vancouvérien. Et paradoxalement, il y a vraiment très peu de français, et d'européens dans la métropole.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Ce mélange n'a pas l'air de déranger, au contraire, cette influence asiatique a l'air d'apporter beaucoup surtout au niveau culinaire. Même si la qualité de vie est plus que parfaite à Vancouver, la ville manque cruellement de culture gastronomique. D'ailleurs, on a pu manger Malaisien, Japonais et Chinois... et ça, pour moins cher qu'une pizza.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Un joli mélange de cultures et une parfaite harmonie entre nature et civilisation font de Vancouver une ville où il fait bon vivre.


    8 commentaires
  • Nous posons enfin nos valises pour la 1ère étape de notre aventure canadienne, Vancouver (3e plus grande métropole du Canada, après Toronto et Montréal).

    Première impression : grande ville très propre, comme à Seattle. Du coup on remarque la moindre pelouse mal tondue... Comme chez notre hôte d'ailleurs, qui n'a pas forcément le sens du jardinage, ni celui de la déco, on vous présente Peter.

    Personnage très gentil et très intriguant à la fois, il nous est aussi très utile en tant que guide. Il vit avec son chien et sa fille Morgan dont il a sûrement la garde partagée, fait du curling le dimanche (gagne même des trophés), conduit une nissan pas très belle, mange à n'importe quelle heure, comme un peu tout le monde ici, est très porté sur la nourriture asiatique, et a cet espèce de tic avec son nez quand il vous parle... Bref, c'est un original et on aime beaucoup !

    Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut'

    Il nous ouvre grand la porte de sa maison, on y sort et entre à n'importe quelle heure. Chacun fait sa vie avec une attitude si cool, qu'on s'y sent bien. Jolie résidence de la 27e avenue, on se retrouve a quelques pâtés de maisons du Skytrain qu'on prendra quotidiennement. En remontant un peu la pente de l'avenue, on peut voir les montagnes en grand mais aussi constater ce parfait quadrillage des rues.

    Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut'

    L'air est pur, le paysage semble parfait : Vancouver, à découvrir...


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires