• Au cœur de Vancouver

    A peine descendus du Skytrain qu'on ne peut s'empêcher de regarder en l'air. La ville est surplombée de très beaux buildings, certains plus originaux que d'autres. La métropole a également son "aiguille de l'espace", le Look Out (moins haut qu'à Seattle), d'où on peut observer toute la ville. Comparé à son voisin américain, Vancouver by night est moins spectaculaire au niveau des lumières, mais semble d'un coup plus apaisant et plus réel... c'est sans doute cette rencontre entre les montagnes, la vie, et l'océan qui donne ce caractère si particulier au paysage.

    Premiers constats : Les piétons ici sont archi-respectés, et comme on est archi-piétons... c'est archi-cool ! Les gens en général, sont très civilisés... on doit vraiment être les seuls à frauder le Skytrain (honte à nous !). Désolés,  on est obligé de limiter le budget transport et la vie est très chère à Vancouver. Encore plus bizarre, jamais aucun contrôleur aux alentours, comme si tout le monde se faisait confiance et comptait sur le respect de chacun... on se sent libre. Autre chose, ça sent tou-jours le barbecue, le hot dog, la cuisine chinoise, à chaque coin de rue et surtout à n'importe quelle heure ! Trop de tentations... heureusement, le porte-feuille nous rappelle à l'ordre.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Les rues sont très animées, déjà par les odeurs mais aussi par plusieurs ambiances musicales. On peut entendre le son du violon, de la cornemuse, du beatbox, ou des sons plus atypiques encore...

    Après un petit tour d'horizon du centre ville, on remarque que beaucoup de choses sont traduites en français... mais encore plus, en chinois ! Une très forte communauté chinoise, en provenance de Hong Kong surtout, ont élu domicile à Vancouver, étonnant. Comme nous l'expliquait Peter, c'est sûrement dû aux jeunes chinois qui venaient étudier au départ. Maintenant, ce sont les taïwanais, déjà très riches, qui viennent profiter de l'air vancouvérien. Et paradoxalement, il y a vraiment très peu de français, et d'européens dans la métropole.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Ce mélange n'a pas l'air de déranger, au contraire, cette influence asiatique a l'air d'apporter beaucoup surtout au niveau culinaire. Même si la qualité de vie est plus que parfaite à Vancouver, la ville manque cruellement de culture gastronomique. D'ailleurs, on a pu manger Malaisien, Japonais et Chinois... et ça, pour moins cher qu'une pizza.

    Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver Au cœur de Vancouver

    Un joli mélange de cultures et une parfaite harmonie entre nature et civilisation font de Vancouver une ville où il fait bon vivre.


    19 commentaires
  • Nous posons enfin nos valises pour la 1ère étape de notre aventure canadienne, Vancouver (3e plus grande métropole du Canada, après Toronto et Montréal).

    Première impression : grande ville très propre, comme à Seattle. Du coup on remarque la moindre pelouse mal tondue... Comme chez notre hôte d'ailleurs, qui n'a pas forcément le sens du jardinage, ni celui de la déco, on vous présente Peter.

    Personnage très gentil et très intriguant à la fois, il nous est aussi très utile en tant que guide. Il vit avec son chien et sa fille Morgan dont il a sûrement la garde partagée, fait du curling le dimanche (gagne même des trophés), conduit une nissan pas très belle, mange à n'importe quelle heure, comme un peu tout le monde ici, est très porté sur la nourriture asiatique, et a cet espèce de tic avec son nez quand il vous parle... Bref, c'est un original et on aime beaucoup !

    Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut'

    Il nous ouvre grand la porte de sa maison, on y sort et entre à n'importe quelle heure. Chacun fait sa vie avec une attitude si cool, qu'on s'y sent bien. Jolie résidence de la 27e avenue, on se retrouve a quelques pâtés de maisons du Skytrain qu'on prendra quotidiennement. En remontant un peu la pente de l'avenue, on peut voir les montagnes en grand mais aussi constater ce parfait quadrillage des rues.

    Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut' Un hôte pas comme les aut'

    L'air est pur, le paysage semble parfait : Vancouver, à découvrir...


    4 commentaires
  • Il est temps de dire aurevoir à ce joli petit hôtel, cette chambre bien équipée, ces très charmants hôtes... bye bye Seattle !

    Nous voilà partis avec nos 4 valises pour au moins 4h de route... dans un bus pas très confortable, et un chauffeur, pas des plus aimables. Bon... c'est quand qu'on arrive ?!!

    Au 2ème arrêt, on dépasse enfin la frontière... Youhouuu !! La joie est vite calmée par le passage en douane... Là, le mec il connait pas trop le principe du PVT (Permis Vacances-Travail). Sur notre papier, il est marqué 31 décembre 2012. Il veut alors nous faire rentrer en France pour cette date ! L'arnaque.

    Heureusement Superdodo est là, et a repéré l'annotation qui nous a sauvé la mise "Date au plus tard à laquelle le demandeur doit faire son entrée sur le territoire canadien" (Bon, Superthéthé a traduit...). Ouf, on pourra finalement rester au Canada jusqu'en mars 2013 comme prévu !!! Le mec de la douane baisse les armes, et ré-imprime nos fameux-très-attendus visas !!

    En route vers le Nord...En route vers le Nord...

    Pendant ce temps, une vingtaine de personnes nous attends depuis 30 minutes dans le bus avec le chauffeur pas content... de toute façon, on se demande s'il a déjà été content un jour dans sa vie.

    BREF, on est "canadiens".


    2 commentaires
  • On ne peut visiter Seattle sans passer par son monument phare, "The Space Needle".

    On s'est longtemps demandé ce que voulait dire "Needle"... Finalement, l'explication est venue à nous. Vous vous rappelez de cette pauvre victime, attaquée par un café brûlant, et bien pour la soigner, nous avons dû entrer dans un petit supermarché du centre ville.

    D'ailleurs, petit détail plus que caricatural des Etats-Unis, on y trouve de TOUT en médicaments, même de la cortizone en libre service... vous pouvez limite essayer de vous guérir d'un cancer sans aucun suivi médical.

    Après de vaines recherches pour soulager la douleur des brûlures, nous décidons de demander conseil à des vendeurs, pharmaciens (?), on ne sait pas trop, mais du moins assez compétents. Nous voilà face à un des conseiller qui essaye de nous expliquer que la 1ère chose à faire est de percer la cloque avec une "Needle" !...

    Déduction faite, quelques photos, pour vous donner une idée de ce à quoi peut ressembler une "aiguille de l'espace"...

    Space NeedleSpace Needle

    Outre le fait qu'il faut toujours penser à ajouter la TVA, l'autre critique négative qu'on ait pu faire jusque là, serait sans doute la surconsommation en électricité, c'est complètement dingue. Mais comment rester indifférent, face à ce genre de vue (vue de la Space Needle)...

    Space Needle


    5 commentaires
  • C'est assez étrange comme ambiance.

    Au début, ça fait un peu peur, tous ces gens qui vous sourient, même sous une pluie battante et ce ciel gris. Faut qu'on s'y fasse, on a vraiment pas l'habitude de tout ça en France.

    De l'homme d'affaire qui sifflote sous son parapluie, au SDF du coin qui réplique sans rancune "maybe, next time, have a nice day", en passant par tous ces serveurs qui méritent amplement leur pourboire. D'ailleurs, nous avons pris cette coutume du pays, de laisser toujours un petit "tip" derrière nous.

    Ce qui est assez surprenant dans tous ces restaurants et bars où nous sommes passés, serait sans aucun doute la qualité de la musique. On ressent vraiment une très forte culture musicale, qui donne envie de danser et chanter à toutes les tables. C'est pour vous dire...

    Roasthouse

    Quelques titres assez connus, qu'on a pu chantonner au long de la journée : One way or another, Sweet home Alabama, sans oublier, "WAR... HUH... YEAH, what is it good for ? Absolutely nothing" oui vous avez certainement entendu ces paroles quelque part... Chris Tucker et Jackie Chan - Rush Hour !! Bon allez un petit extrait pour la peine.



    Une ambiance bon-enfant qui traîne jusqu'au marché de la ville, The Pike Place Market. Beaucoup de monde mais sans bousculade ni encombrement, des couleurs vives de fruits, de fleurs et autres, des senteurs d'épices à en faire tourner la tête, les poissonniers qui chantent des choses peu compréhensibles, se rapprochant des "cris de guerre". 

    Pike Place Market

    Je ne sais pas vous mais, ça met de bonne humeur tout ça... pour aller au lit ! Et oui, il est près d'une heure du matin ici et demain, nouveau départ pour Vancouver !!

    Bon weekend à tous !


    2 commentaires
  • Après avoir épuisé notre capital larmes et vécu la journée la plus longue de notre vie, nous voilà bien arrivés... 

    OUF quel soulagement ! Faut dire qu'il y a eu pas mal de signes... assez dissuasifs durant le trajet.

    D'abord, l'hôtesse qui nous demande notre "destination finale". Ensuite, on nous fait embarquer pour l'Islande (l'escale), dans un avion qui porte le nom du volcan qui a explosé...

    L'aventure commence bel... et bien ?

    L'aventure commence bel... et bien ?

    L'aventure commence bel... et bien ?


    Avec tout ça, il fallait bien qu'il nous arrive quelque chose... un truc du genre l'hôtesse de l'air qui renverse un café brûlant sur l'un de nous deux, et devinez qui est l'heureuSE élue.

    Résultat des courses : jean et poule pull mouillés, des cloques sur l'avant-bras, des brûlures sur le ventre, 1h à l'arrière de l'avion à moitié nue en compagnie des hôtesses, de produits bizarres, et des glaçons... Heureusement, j'avais un bon infirmier, qui m'a d'ailleurs fait don de son sweat shirt. 

    On ne dévoilera pas ce qui se cache sous ce bandage, pour éviter de vous faire perdre l'appétit... 

     

     

     

    BREF, nous sommes finalement bien arrivés sur les coups de 18h, heure locale. Mais où ? me direz vous, du moins ceux qui ne le savent pas encore. Il faut dire qu'il y a eu pas mal de fuites entre temps...

    Mais pour ceux qui se posent encore la question, vous avez le droit de jouer le jeu jusqu'au bout avec cette petite charade (fastoche !) :

    Mon 1er est une moitié de princesse

    Mon second est l'opticien représenté par Antoine, le chanteur

    Mon tout est le berceau de la musique Grunge (pas le chocolat !)

    ... Alors ?

    ... Vous avez trouvé ?

    ... Bon, on va tout de même pas vous faire retourner le pc pour voir la solution, comme dans les carambars !


    Mon 1er est SI et mon second ATOL --- Seattle, bien sûr...

    Allez sans rancune, on pense fort à ceux qui sont restés avec "Lunettes" pour seul indice... 

    Seattle

    Seattle Down Town

    C'est ici que tout commence... sous la pluie, ok pas top. On le savait alors pas de surprise. Ce n'est pas pour rien que Seattle est surnommé, à juste titre, "The Rainy City".

    Après une bonne nuit de repos, on se met déjà en vadrouille, à la recherche d'un petit café pour petit-déjeuner. Il est 8h, heure locale. On pousse alors la 1ère porte sur notre passage, le Mecca Café. Bonne surprise avec une ambiance très "simple et funky", une bonne musique, une déco assez typique d'ici. Bref, on ne pouvait pas tomber mieux. Du coup, on en profite pour choisir un breakfast bien d'ici, aussi...

    "Hey, how are you ? what do you guys want to drink ?" On aime, le côté très amical que tout le monde a ici. 

    L'aventure commence bel... et bien ?L'aventure commence bel... et bien ?L'aventure commence bel... et bien ?

    Les si-atoliens vous souhaitent, à tous, une très bonne nuit. C'est reparti pour nous !


    12 commentaires